Non au siège d’Afrin par l’armée turque

Sauvons le peuple d'Afrin

 

Non au siège d’Afrin par l’armée turque

010.000
  9.320
 
9.320 personnes ont signé. Aidez-nous à augmenter ce nombre 10.000 signatures.

Non au siège d’Afrin par l’armée turque

Depuis le 20 janvier 2018, la Turquie a commencé à envahir le nord-ouest de la Syrie afin de détruire l’autonomie des peuples kurdes, arabes, syriaques et assyriens vivant dans le nord de la Syrie.

Le mardi 20 février 2018, le président turc a affirmé que les forces turques allaient assiéger la ville d’Afrin, afin de déloger les Unités de protection du peuple (YPG). Le Siège d’une ville a pour but de couper la ville de tout moyen d’approvisionnements, notamment en denrées alimentaires…

« Dans les prochains jours et de façon beaucoup plus rapide, le siège du centre de la ville d’Afrin va commencer ».

La Turquie a avancé lentement en territoire syrien, car elle ne pensait pas rencontrer une combativité kurde si importante.

Le nombre de morts est difficile à évaluer. Sur le plan militaire, les Kurdes compteraient au moins 219 morts, les Turcs environ 39 morts et plus de 143 blessés et 205 islamistes alliés d’Ankara sont morts. Les pertes civiles sont également nombreuses, pour les Kurdes.

Depuis le début du conflit syrien, la Turquie a soutenu et financé les rebelles islamistes syriens et a eu des liens troubles avec l’État islamiqueLes Kurdes ont été les premiers — avec l’Armée syrienne — à se battre contre l’État islamique. Dans toute la Syrie, une mosaïque de peuples et de confessions religieuses coexistent ; ce qui est loin d’être le cas actuellement en Turquie.   

Retour sur l’opération Rameau d’Olivier

Depuis le 20 janvier 2018, la Turquie a commencé à envahir le nord-ouest de la Syrie afin de détruire l’autonomie des peuples kurdes, arabes, syriaques et assyriens vivant en Syrie.

L’armée de l’air turque bombarde sans distinctions les citoyens, y compris ceux éloignés de la ligne de front. Des enfants et des familles entières sont tués par l’armée de l’air turc.

Le président du Parlemen turc a qualifié cette attaque de « djihad », ainsi que le président de la direction turque des affaires religieuses (Diyanet). Le Diyanet est organisation puissante sous la responsabilité du Premier ministre turc. Or, cette déclaration sur la guerre sainte n’a pas été contredite par le gouvernement turc.

La ville d’Afrin est majoritairement musulmane, mais on y trouve des populations chrétiennes et Yezidies. Ces dernières appellent à l’aide l’Europe et les États-Unis contre la destruction d’une ville et l’invasion dans un pays souverain.

Ces derniers jours, la progression turque dans le territoire syrien avance de plus en plus rapidement. L’ensemble de la bande frontalière passe sous contrôle turc. La résistance kurde (et de ses alliés) est héroïque, mais ne peut résister à la puissante armée turque — qui est une des armées les plus puissantes de l’OTAN.

Erdogan précisait en 1999 que « Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats »

 

+ Letter to:

Signez cette pétition maintenant!

 
Please enter your first name
Please enter your last name
Please enter your email
Add a personal message to the email
Please enter your country
Please enter your zip code
En signant, vous acceptez les Conditions d'utilisation et la Politique de confidentialité de CitizenGO et vous acceptez de recevoir des e-mails occasionnels concernant nos campagnes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Non au siège d'Afrin par l'armée turque !

A l’attention de, 
Madame Federica MOGHERINI, Haute représentante de l’Union pour les
affaires étrangères et la politique de sécurité
Monsieur Jean-Yves LE DRIAN, ministre de l’Europe et des
Affaires étrangères
Monsieur Emmanuel BONNE, directeur de cabinet du ministre

Depuis le 20 janvier 2018, la Turquie bombarde la population civile de la région d’Afrin en Syrie. Cette invasion représente une menace pour les nombreuses populations syriennes déplacées, qui pensaient avoir trouvé refuge dans le nord de la Syrie. Le 20 février 2018, Erdogan a annoncé le siège du centre-ville de la ville d'Afrin.

Des hauts responsables turcs ont qualifié cette attaque de jihad, c’est-à-dire de guerre sainte, sans que cela ne choque outre mesure les pays de l’Union européenne.

L’agression turque ajoute de l’huile sur le feu et menace tout processus de paix en Syrie. Il est important pour la sécurité de l’Europe que cette guerre se termine.

L’UE et ses pays peuvent mettre la Turquie sous forte pression. Cette agression insensée en territoire syrien doit être arrêtée.

Les citoyens européens attendent une action sérieuse qui se traduira par la fin de l’invasion d’Afrin et de ses massacres par l’armée turque.

Salutations,
[Votre Nom]

Non au siège d’Afrin par l’armée turque

Signez cette pétition maintenant!

010.000
  9.320
 
9.320 personnes ont signé. Aidez-nous à augmenter ce nombre 10.000 signatures.